Vous êtes sur le point de quitter ce site Web. Voulez-vous vraiment continuer ?

J'accepte d'être redirigé vers cette adresse

1970 - 1979

  • Jarno Saarinen – « Le Finlandais volant » - au Grand Prix de Belgique 250 cm³ en 1972 à Spa-Francorchamps

  • En raison des modifications drastiques apportées aux règles techniques du Championnat du monde de course sur route à la fin des années 60, Yamaha a été contraint de renoncer à participer en tant que constructeur, mais a maintenu sa présence dans le monde de la compétition avec le lancement des modèles de courses TD-2 et TR-2, dotés d’un moteur deux temps haute performance, et en se lançant de nouveaux défis dans le milieu du motocross. La passion de Yamaha pour la course sur route a cependant continué de s’exprimer. La société a poursuivi le développement de ses machines d’usine et a introduit des pièces spéciales destinées à la compétition et conçu des motos exceptionnelles pour apporter son soutien des pilotes talentueux comme Phil Read, Jarno Saarinen et Kent Andersson dans les catégories 350 cm³, 250 cm³ et 125 cm³.

  • La passion était si grande que Yamaha a décidé de revenir dans le Championnat du monde moto. Yamaha a fait son retour en 1973, avec la première génération de la YZR500 (0W20), dans la catégorie des 500 cm³ et avec la YZR250 (0W17, basée sur la YZ635, une version à refroidissement liquide du modèle sportif TD-2), dans la catégorie des 250 cm³. Les pilotes Yamaha étaient Jarno Saarinen et Hideo Kanaya pour les deux catégories. Ils ont pris tout le monde de cours en remportant leurs premiers succès sur les nouvelles machines Yamaha. Il ont arraché leurs plusieurs victoires et quelques performances remarquables lors des qualifications. Toutefois, la série de victoires de Yamaha s’est terminée soudainement avec le décès tragique de Jarno Saarinen lors du GP des Nations à Monza. Yamaha a retiré son équipe de course de toutes les autres épreuves cette année-là.

  • Jarno Saarinen et Hideo Kanaya sur le podium du Grand Prix de France en 1973

  • La suspension Monocross - « Flying Suspension » - fait ses débuts en course avec Giacomo Agostini en 1974. Une nouvelle solution technologique remplace le dispositif Cantilever initial.

  • En 1974, Yamaha est revenu à la compétition en tant qu’équipe officielle lors du Championnat du monde moto avec la YZR500 (0W20) dotée d’une suspension Monocross, la YZR350 (0W16) basée sur la YZ634 (0W16) et la TZ750 (0W19), une 700 cm³ de série. Le pilote Yamaha Giacomo Agostini, sur la TZ750, a remporté l’épreuve Daytona 200 et celle d’Imola 200 d’affilée pour ensuite s’imposer dans la catégorie des 500 cm³ dans les courses du Championnat du monde moto en Autriche et aux Pays-Bas.

    La même année, les modèles de course TZ350, TZ250 et TA 125 ont démontré leurs performances spectaculaires et ont permis à Yamaha de remporter le titre de constructeur du Championnat dans quatre catégories (125 cm³, 250 cm³, 350 cm³ et 500 cm³).

  • En 1975, Agostini a décroché le titre de pilote sur une YZR500 (0W23), entièrement repensée et plus compacte. Son coéquipier Tanaya a pris le 3e place au général et Johnny Cecotto a remporté le titre dans la catégorie des 350 cm³.

    Après un an de retrait, Yamaha a fait son retour en 1977 avec Agostini, Cecotto et une YZR500 (0W35) entièrement reconfigurée. Malgré leurs efforts acharnés, ils ne sont pas parvenus à s’emparer du titre cette année-là. Dans les catégories 250 cm³ et 350 cm³ du Championnat du monde moto, le pilote Yamaha Takazumi Katayama a su se mettre en évidence.

    Il s'est classé 2e dans la catégorie 250 cm³ en 1976, et a remporté le titre dans le catégorie 350 cm³ en 1977 au guidon d’une TZ350 modifiée et dotée de trois cylindres.

  • Le pilote de légende Giacomo Agostini apporte à Yamaha son premier titre tant attendu en catégorie 500 cm³ en 1975

  • Le triple Champion du monde Kenny Roberts – « King Kenny » – en catégorie 500 cm³ sur une Yamaha YZR500 jaune et noire en 1978

  • Malgré une seule victoire en 500 cm³ dans le Championnat du monde moto, Yamaha s’est réjoui de récupérer le titre. Avec l’arrivée, en 1977, de la YZR500 (0W35K), bénéficiant d’une puissance impressionnante à tous les régimes (grâce à un système de valve à l’échappement YPVS développé par Yamaha, qui contrôlait le calage des gaz d’échappement afin d’éliminer les baisses de couple), et de Kenny Roberts, au style de pilotage unique, qui a remplacé Giacomo Agostini en 1978, Yamaha a bénéficié d’une combinaison exceptionnelle. Le « King » Roberts s’est emparé du titre de Champion du monde des 500 cm³ trois années de suite dès 1980 au guidon d’une Yamaha.

  • En motocross, Yamaha s’est concentré sur les courses en Europe, la patrie de la discipline. Après avoir remporté le Championnat de motocross japonais dans les catégories Senior et Junior en 250 cm³, Tadao Suzuki et Hideaki Suzuki ont été envoyés sur les courses européennes. Les deux pilotes et leur DT-1 modifiées ont tiré leur épingle du jeu dans les courses de la catégorie Junior.  Toutefois, dans les courses d’élite, les choses se sont passées différemment. L’écart entre les performances des machine et les compétences des pilotes était plus grand que prévu.

  • Tadao Suzuki pilotant une DT-1 basée sur une YZ624 sur le All Japan Motocross Championship 1971

  • Hakan Andersson remporte le titre de Champion du monde 1973 sur une YZM250 équipée de la suspension Monocross

  • Grâce à Thorsten Hallman, champion du monde de motocross en 250 cm³, qui est devenu le conseiller de Yamaha et a partagé son immense expérience dans le domaine du cross, Yamaha a participé, en 1972, au Championnat du monde de motocross avec les toutes nouvelles YZ637 (250 cm³) , YZ639 (360 cm³) et YZ642 (460 cm³, 500 cm³), toutes équipées de la suspension arrière Thermal Flow développée par l’usine. Le pilote de Yamaha Hakan Andersson a remporté sa première victoire dans la course suédoise et s'est classé 2e de la saison. La même année, au Japon, Yamaha a initié le développement de sa nouvelle suspension Monocross.

    Monopolisant les premières places lors du Championnat de motocross japonais en 1973, Yamaha a acquis une confiance suffisante concernant le niveau de performance de cette nouvelle machine et la YZM250 (0W12), dotée de la suspension Monocross, a fait son entrée à la moitié du Championnat mondial des 250 cm³. Hakan Andersson a remporté le premier titre de Champion du monde de motocross en tant que pilote et à permis à Yamaha de décrocher le titre comme constructeur.Avec sa monopolisation des premières places lors du Championnat de motocross japonais en 1973, Yamaha acquit une confiance suffisante concernant le niveau de performance de cette nouvelle machine et la YZM250 (0W12), dotée de la suspension Monocross, fit son entrée à la moitié du Championnat mondial des 250 cm³. Hakan Anderssn remporta le premier titre de champion du monde de motocross à la fois comme pilote et comme fabricant pour Yamaha.

  • Après plusieurs tentatives dans la catégorie des 500 cm³, c’est finalement Heikki Mikkola sur sa machine d’usine YZM400 de 396 cm³ qui a remporté 12 des 24 courses de la saison en 1977 pour offrir à Yamaha son premier titre en 500 cm³. L’année suivante, le même Mikkola a apporté à Yamaha un deuxième titre de meilleur pilote consécutif, ainsi que le premier titre constructeur en 500 cm³ pour Yamaha sur une YZM400 (0W39) avec un moteur encore plus compact et une suspension Monocross allégée. Aux États-Unis, en 1972, le meilleur du motocross a atteint sa pleine maturité avec les passionnantes séries nationales de motocross AMA dédiées aux 500 cm³ et 250 cm³, et la naissance du Supercross qui a suscité un immense engouement de la part du public.

    Yamaha a contribué à cette période d’exaltation en envoyant ses meilleures pilotes aux États-Unis via le programme Yamaha International Corporation (YIC). De 1976 à 1979, Bob Hannah a remporté sept titres de Champion dans les épreuves AMA de Supercross et motocross. En 1977, Broc Glover a remporté pour sa part le titre dans la catégorie 125 cm³ de l’AMA motocross pour la troisième année consécutive avant de remporter le titre dans la catégorie des 500 cm³ trois fois de suite plus tard dans les années 80.

  • Bob « Hurricane » Hannah remporte trois championnats AMA Supercross consécutifs

-

Broc Glover, le champion de Supercross, a fait la démonstration de sa domination sans partage. Il a remporté au total sept titres AMA

  • L’année 1979 a marqué également le début d’une nouvelle ère d’aventure, avec la création du rallye Paris-Dakar s’élançant depuis Paris. Des pilotes amateurs ont rejoint ainsi Dakar, au Sénégal, après avoir parcouru 10 000 km à travers de vastes déserts et plusieurs pays africains. Un pilote privé français, Cyril Neveu, a participé à la course sur une XT500 d’usine modifiée (modèle trail monocylindre à 4 temps). Neveu a remporté le classement général des voitures et des motos. Gilles Comte, le pilote de l’importateur français Sonauto de Yamaha à cette époque, s’est classé 2e du classement général sur une XT500 modifiée. Et Marie Ertaud a remporté le classement de la catégorie féminine, également sur une XT500 modifiée. L’année suivante, la XT500 modifiée a fait preuve d’une suprématie écrasante en prenant les quatre premières places, Cyril Neveu terminant à nouveau au 1er rang.

  • Cyril Neveu remporte son premier rallye Paris-Dakar sur une XT500

  • Mick Andrews, le maître du trial, en action au guidon d’une Yamaha en 1973

  • Les compétitions de trial sont une autre catégorie qui mérite d’être mentionnée. Par le passé, seule une poignée de fans au Japon connaissait ce sport, mais il a attiré rapidement l’attention. Cherchant à innover sur de nouveaux marchés, Yamaha a mis au point le TY250, son premier modèle de série de trial. En 1973, Mick Andrews, qui a participé au Championnat d’Europe de trial et à la course Scottish Six Days Trial sur un prototype TY250, a été invité au Japon pour donner des cours de trial Yamaha qui ont fasciné les 95 000 fans présents. Haruo Kimira a remporté le premier Championnat de trial japonais sur une TY250. Grâce à ces deux événements, la popularité de la TY250J a grimpé en flèche. En 1974, le Championnat de trial japonais est devenu une course en séries et Hiroshi Kondo a remporté le titre au guidon d’une TY250J. Après le pic du boom économique, la demande de motos de trial a diminué rapidement. La possibilité de remporter le titre a dû attendre une époque ultérieure.

Source des informations et des images :

Spirit of Challenge – Sixty Years of Racing Success by Yamaha Motor Co., Ltd.

©Yamaha Motor Europe N.V. / Yamaha Motor Co., Ltd.

Les informations et / ou images de ces pages Web ne peuvent être utilisées à des fins commerciales ou non commerciales sans le consentement écrit explicite de Yamaha Motor Europe N.V. et / ou de Yamaha Motor Co., Ltd.Pilotez en veillant en permanence à la sécurité et respectez le code la route qui s’applique localement.